fr

D’après une étude, les variations génétiques contrôlent les taux de protéine

Les modes de vie et d’alimentation ne sont pas les seuls facteurs déterminant une bonne santé: la génétique joue également un rôle important. D’après une

Les modes de vie et d’alimentation ne sont pas les seuls facteurs déterminant une bonne santé: la génétique joue également un rôle important. D’après une nouvelle étude internationale, les variations génétiques peuvent fortement influencer les taux de nombreuses protéines sanguines impliquées dans le déclenchement d’une maladie.

Cette étude constitue la première évaluation systématique à l’échelle du génome du rôle de la variation génétique sur les taux de protéines humaines. Des scientifiques finlandais, italiens, britanniques et américains ont mesuré les taux de 42 protéines chez 1200 Européens.

Les protéines comprennent de nombreux composants impliqués dans des maladies fréquentes, par exemple les interleukines (maladies métaboliques et inflammatoires) et l’insuline (diabète). Une protéine contrôlant le taux de testostérone dans le sang ainsi que les chimiokines (protéines impliquées dans la transformation du VIH en sida) ont également été examinées.

Les chercheurs ont identifié neuf variantes génétiques fréquentes qui, entre autres, ont modifié les taux de sécrétion de leurs protéines associées. Parmi les neuf associations liées aux protéines, six semblent responsables de processus menant à des maladies inflammatoires ou métaboliques.

Les résultats de l’étude pourraient aider à comprendre le lien entre taux de protéine et maladie. Les concentrations de sérum et de plasma de nombreuses protéines changent au fur et à mesure de l’évolution d’une maladie. Souvent, il est difficile de déterminer si la modification des taux de protéine est responsable de cette évolution ou si ces derniers résultent simplement du processus de la maladie.

«L’identification de versions de gènes qui altèrent les taux sanguins des molécules devrait nous permettre de comprendre si ces molécules jouent ou non un rôle dans les processus de la maladie», a déclaré le professeur Tim Frayling, l’un des responsables de l’étude.

A to już wiesz?  Le nouveau projet européen AEROPATH s'attaque aux «superbactéries»

Les résultats de l’étude sont publiés dans la dernière édition de la revue à accès libre PLoS Genetics.

Pour de plus amples informations, consulter:
http://www.plosgenetics.org/doi/pgen0.1000072

Catégorie: Divers
Source des informations: Revue PLoS Genetics
Référence du Document: A Genome-Wide Association Study Identifies Protein Quantitative Trait Loci (pQTLs). PLoS Genet 4(5): e1000072. doi:10.1371/journal.pgen.1000072
Codes de Classification de l’Index des Sujets: Coordination, coopération; Sciences du vivant; Médecine, santé; Recherche scientifique

RCN: 29429

http://cordis.europa.eu/fetch?CALLER=FR_NEWS&ACTION=D&DOC=22&CAT=NEWS&QUERY=0124804b97a8:3e82:0b0340f5&RCN=29429

Artykuly o tym samym temacie, podobne tematy